Auto/pathographies

Jo Spence/Terry Dennett, Decaying Face, from The Final Project series © Jo Spence Memorial Archive, 1991-1992

Activité image

Jo Spence/Terry Dennett, Decaying Face, from The Final Project series © Jo Spence Memorial Archive, 1991-1992

Activité Entete

Auto/pathographies

Commissaire(s) : 

Résidence du 23 octobre au 21 novembre 2008

Avec la visibilité croissante du cancer et du sida au cours des vingt-cinq dernières années, plusieurs artistes ont commencé à documenter leurs expériences de la maladie et à construire un nouvel idiome pour la représentation de la maladie en art : l’autopathographie. Confrontés à la prédominance des mythes négatifs et des jugements de valeur envers les sujets atteints de maladie en histoire de l’art, plusieurs de ces artistes ont choisi de réagir de manière critique aux stigmates traditionnels avec lesquels les corps malades sont typiquement dépeints et reçus.

Les expérimentations initiales menées par des artistes travaillant avec l’autopathographie révèlent que certaines œuvres peuvent non seulement renforcer les stigmates négatifs qui sont attachés aux personnes visiblement malades, mais aussi résister aux attributions de stigmates à des êtres malades en réécrivant les termes de leurs représentations. Très souvent, ces œuvres accomplissent les deux à la fois. L’élément clé des œuvres autopathographiques produites par des artistes professionnels depuis les années 1980 est qu’elles ne se résument pas à une forme de thérapie artistique basée sur l’expression personnelle; elles sont aussi généralement caractérisées par le militantisme, l’innovation artistique et un désir de connexion interpersonnelle. Tous ces éléments contribuent à faire de l’autopathographie un nouveau genre de représentation qui est porteur de sens et qui mérite d’être de plus en plus étudié.

« Auto/pathographies » est le premier projet de ce type à examiner précisément les fonctions de représentations, de première main, de la maladie physique dans une variété de disciplines, dont les arts de la scène. La résidence de commissaire à OBORO vise à élaborer les composantes en arts médiatiques d’« Auto/pathographies », une exposition, accompagnée d’un catalogue et d’une série de conférences sur la maladie et la (auto)représentation, qui sera présentée à la Künstlerhaus Büchsenhausen (Innsbruck, Autriche) à l’été 2009.