Délai

© F. Grond, 2014

Activité image

© F. Grond, 2014

Activité Entete

Délai

en collaboration avec Florian Grond

Exposition
16 avril au 28 mai 2016

Vernissage
samedi 16 avril, à 17 h

présenté dans le cadre de la Biennale internationale d'art numérique (BIAN) et du Printemps numérique 2016

   

Délai est une installation minimaliste qui aborde la question de l'amour impossible. Elle est conçue comme une tromperie, sur les plans visuel, sonore et expérientiel; un dispositif qui ralentit le temps et cause un décalage – tout comme l'amour. Le décalage en jeu ici découle de mon propre amour pour la peinture et de mon désir de renouer avec son expansion au 20e siècle vers l'espace tridimensionnel, et de l’étendre jusque dans les dimensions sonore et temporelle. Comprendre le tableau comme un artefact contribue à favoriser l'œil aux dépens de l'oreille, et même du toucher. Autrement dit, les façons conventionnelles de regarder la peinture privilégient une expérience visuelle et unidimensionnelle, au lieu de l’envisager comme un phénomène qui se déroule dans le temps, dimension mieux adaptée à l'oreille qu’à l’œil.

Dans Délai, la peinture devient une incarnation du processus. L'agencement des couleurs et des formes, la joie de parcourir visuellement les textures de la surface du tableau, sans pouvoir les toucher, provoque un désir immédiat. Ce désir est avivé par un fourmillement à l'oreille, l'ouïe étant le sens qui complète la vue dans notre expérience du temps et de l'espace. C'est cette douce provocation, cette suggestion évasive, qui fascine le spectateur : le tableau éveille plusieurs sens, le temps ralentit, un décalage se produit.

Réalisé en collaboration avec Florian Grond, Délai fait expressément référence à l'intérêt qu'avait Marcel Duchamp pour la rencontre entre l'image et le son, et à son Grand verre (La Mariée mise à nu par ses célibataires, même), œuvre qui porte, elle aussi, sur le sujet de l'amour impossible et dont le titre d'origine fut Délai.

- Mary Sherman, 2015

OBORO accueille Délai en prélude à l’exposition rétrospective Mécaniques oniriques de Mary Sherman, présentée par la commissaire Tamar Tembeck à l’automne 2016.

Activite Bas de page

Mary Sherman

Mary Sherman est artiste et directrice du centre d'artistes autogéré TransCultural Exchange, qu'elle a fondé en 1989 à Chicago. Elle enseigne au Boston College et à la Northeastern University et a été, en 2010, directrice adjointe par intérim du programme en art, culture et technologies au Massachusetts Institute of Technology. Pendant qu'elle poursuivait sa carrière d'artiste, elle a aussi travaillé pendant deux décennies comme critique d'art pour le Chicago Sun-Times, le Boston Globe et ARTnews. Elle a reçu de nombreux prix et bourses, dont deux Fulbright Senior Specialist Grants, et a été artiste en résidence au MIT et au Taipei Artist Village. Ses œuvres, qui élargissent la définition de la peinture pour englober l'espace et le son, ont été présentées au Musée Kuandu de Taipei, au Conservatoire central de Pékin, au WUK Kunsthalle de Vienne, à l'Académie des Beaux-Arts de Trondheim de l'Université norvégienne de sciences et de technologie, à la Galerie Kwanghoon de Séoul, à la Trans Hudson Gallery de New York et, plus récemment, dans le cadre d’un hommage à la légendaire série de performances 9 Evenings : Theatre & Engineering, 9e2 : 9 evenings of art, science & technology.

Florian Grond

Florian Grond poursuit actuellement un postdoctorat de recherche-création au Laboratoire Input Devices and Music Interaction Laboratory (IDMIL) de l’Université McGill en collaboration avec la Société des arts technologiques (SAT). Il est également collaborateur au Centre interdisciplinaire de recherche en musique, médias et technologie, à Montréal. Il est détenteur d’une maitrise ès sciences de l’Université Karl-Franzens de Graz (Autriche). De 2003 à 2007, il a été associé de recherche et artiste invité au Centre d’arts et de technologie des médias ZKM, à Karlsruhe, en Allemagne. Il a obtenu un doctorat de l’Université Bielefed, en Allemagne, en 2013. Sa pratique artistique et académique s’intéresse à l’intersection entre l’art et la science, avec un intérêt particulier pour le son.