fauxrmé

© P. Almario, 2014

Activité image

© P. Almario, 2014

Activité Entete

fauxrmé

Exposition
14 au 28 mars 2015

Table ronde
Pratiques artistiques, réfugiés politiques
avec Paolo Almario, Khosro Berahmandi (artiste et directeur du Festival Accès Asie) et Rocio Valencia (porte-parole de l’Association canadienne pour le droit et la vérité)
le samedi 14 mars, à 15 h

Vernissage
le samedi 14 mars, à 16 h

Fauxrmé (FR) de OBORO sur OBOROmobile.

Octobre 2012, résultats 127e Assemblée de l’Union Interparlementaire, ville de Québec, page 103 :

[…] Considérant que les rapports des missions du Comité en Colombie réalisées en 2009 et 2010 font une large place aux préoccupations relatives au respect des garanties d’équité dans les procédures pénales engagées contre des membres et d’anciens membres du Congrès, la Cour suprême exerçant à la fois les fonctions d’instructeur et de juge, et à la manière dont l’instruction et le procès sont traités en pratique; que, s’agissant du témoignage de paramilitaires démobilisés, la mission de 2010 a conclu que : "ces témoignages, pour utiles qu’ils puissent être, doivent être traités avec beaucoup de prudence. On ne peut pas tenir pour acquise la crédibilité de personnes qui ont commis des crimes atroces. Les paramilitaires démobilisés ont manifestement intérêt à agir d’une certaine manière pour bénéficier des peines plus légères prévues par la loi Justice et paix. En conséquence, beaucoup sont d’avis qu’il vaut mieux parler que se taire, même s’ils ne savent rien ou peu de choses des informations qui pourraient servir la justice."[1]

Le 5 juillet 2012, la Cour Suprême de Justice de la Colombie envoie Luis Fernando Almario, père de l’artiste, en prison préventive suite aux accusations de membres démobilisés du groupe paramilitaire AUC. Après 32 mois d’attente, ses audiences ont été fixées pour février 2015.

Parmi les 23 faux témoins montés contre son père, Paolo Almario en expose cinq. Leurs portraits sont présentés sous forme de photomosaïques composées de 4800 photos disposées à la main. Almario installe ces œuvres de grand format en délimitant un espace aux mêmes dimensions que celles de la cellule de son père. Au cours de l’exposition, les portraits seront déconstruits sous l’action de la machine de l’ordre.

 

Activite Bas de page

Paolo Almario

Né en Colombie, Paolo Almario vit et travaille à Chicoutimi depuis 2011. Formé à la Facultad de Arquitectura y Diseño de l’Universidad Los Andes (Bogotá, Colombie), il détient une Maîtrise en Art (2014) de l’Université du Québec à Chicoutimi où il enseigne en tant que chargé de cours. Pour sa série d’expositions « -formé » (formé, transformé, paraformé et fauxrmé), Almario a conduit des recherches sur les diverses destructions de la spatialité de son être provoquées par le conflit armé colombien. Durant ce processus, il a étudié les multiples privations de liberté subies par son père suite à des arrestations et des détentions préventives (1998, 2008 et 2012). Ses découvertes de corruption dans le système de justice et de la violation du droit de son père à un procès juste et équitable ont généré des réactions qui l’ont mené à demander l’asile au Canada en 2012. Son travail a été présenté en Colombie, au Nouveau-Brunswick et au Québec.