Jeux de bols et de voix

© M. A. Côté, 2011

Activité image

© M. A. Côté, 2011

Activité Entete

Jeux de bols et de voix

Exposition
du 27 avril au 1er juin 2013

Vernissage
le samedi 27 avril à 17 h

Performance
chants de gorge avec Lysa Iqaluk et Annesie Sarah Nowkawalk
le vendredi 3 mai à 18 h et le samedi 4 mai à 14 h

Billets en vente à OBORO (10$)
à partir du 23 avril.
Achat en personne du mardi au samedi, de midi à 17 h,
ou par téléphone au 514 844-3250 (carte de crédit seulement).
Pas de réservation possible.

in collaboration with Festival ELEKTRA

Mon projet se présente sous la forme d’une installation sonore et visuelle à laquelle s’ajoute une série de dessins à l’argile sur papier. J’ai réalisé ce corpus à Inukjuak au Nunavik, à l’été 2011, dans le cadre d’une résidence d’artiste subventionnée par le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ), Aumaaggiivik (le Secrétariat des arts du Nunavik), l’Administration régionale Kativik et Air Inuit.

Huit chanteuses de gorge inuites ont chanté dans et avec des bols de porcelaine que j’avais préalablement conçus et tournés pour l’occasion. J’ai enregistré leurs chants dans quatre lieux différents, soit : dans un bureau de l’Institut culturel Avataq, le centre d’entraide familial Sungirtuivik, dans une habitation semi-souterraine traditionnelle appelée qarmaq et à la maison qui me servait de résidence. Les enregistrements de ces sessions de chants incluent aussi les conversations des chanteuses entre elles, les reprises de tel ou tel motif mélodique ainsi que des bruits ambiants de la vie courante.

L’idée de ce projet m’est venue en entendant deux chanteuses de gorge, dans le cadre d’un concert symphonique dirigé par Maestro Kent Nagano. La proximité de leurs bouches lorsqu’elles chantaient m’a intriguée. Elles m’ont alors expliqué que cette proximité favorisait l’écho de leurs chants respectifs. Cette réponse toute simple a stimulé chez moi des recherches autour des jeux vocaux et de leurs échos. Si le son se réverbère de la bouche d’une chanteuse à l’autre, pourquoi ne pas ajouter à ce phénomène de réflexion du son, des bols capables, dans leur forme et leur matière même, de réverbération et de résonance?

Mon installation consiste à diffuser ces enregistrements au moyen d’autres bols de porcelaine où sont dissimulés des haut-parleurs. Quand la voix d’une chanteuse entre par hasard en harmonie avec la résonnance d’un bol, le son tourne et s’élève dans un mouvement giratoire qui coïncide parfaitement avec la rondeur des bols. Dans un même mouvement et dans un même espace, les bols et les voix restituent alors au regard et à l’écoute, un peu de la couleur et du souffle du Nord. Et dans un même temps, ils nous ouvrent à sa persistante circularité.

Voix : Elisabeth Nalukturuk, Nellie Nappatuk, Sarah Naqtai, Phoebe Atagotaaluk-Aculiak, Lysa Kasudluak Iqaluk, Margaret Mina, Annesie Nowkawalk et Ida Oweetaluktuk.

Activite Bas de page
Air InuitAvataqCALQ

Marie A. Côté

Pour Marie A. Côté, tout commence avec la poterie. Son plaisir à tourner un pot ne s’est jamais atténué, et cela, bien qu’elle produise aujourd’hui surtout des sculptures et des installations. Comme tout pot demande à être rempli, son travail cherche à nous faire voir cette expérience complexe qui relie l’objet à l’espace. On peut imaginer aisément un espace vide, mais on ne peut pas concevoir un objet privé d’espace. Plusieurs fois boursière du conseil des arts et des lettres du Québec et du conseil des arts du Canada, Marie A. Côté expose ses œuvres régulièrement depuis 1986. Celles-ci font partie de collections publiques, dont celles du musée d’art contemporain de Montréal, de la banque d’œuvres d’art du Canada, de la collection prêts d’œuvres d’art du musée national des beaux-arts du Québec, de la collection Loto-Québec, du musée commémoratif et centre de transmission de la culture Daniel-Weetaluktuk à Inukjuak, et de collections privées.

Lysa Iqaluk

Je me nomme Lysa Iqaluk et suis née le 2 septembre 1989. J’ai été élevée par mes parents et grands-parents à Inukjuak, où je vis toujours. Notre grand-mère, Patsauk Iqaluk, nous a enseigné à Linda, ma sœur aujourd’hui décédée, et moi-même la technique des chants de gorge appelée katajjait en langue inuite. Elle était grandement reconnue pour ses chants qui l’on amenée à parcourir le monde. À l’adolescence, j’ai rencontré mon amie Annesie S. Nowkawalk, elle aussi chanteuse. En mars 2005, nous avons participé au concours de katajjait du Festival des neiges de Puvirnituq (village au nord d’Inukjuak), où nous avons obtenu la première place. En 2009, par l’entremise de l’Église anglicane du Canada, nous nous sommes rendues à Toronto pour chanter en duo. J’aimerais, à l’instar de ma grand-mère Patsauk Iqaluk, voyager et faire connaître de par le monde les chants de gorge inuits.

Annesie Sarah Nowkawalk

Mon nom est Annesie Sarah Nowkawalk. Je suis née le 16 janvier 1990. J’ai grandi à Inukjuak (Nunavik), auprès de mes parents, Minnie N. Echalook et Noah Echalook. Mon père est un célèbre sculpteur sur pierre. Ses œuvres figurent parmi les collections des plus prestigieux musées canadiens, notamment au Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa. J’ai appris le chant de gorge en l’entendant à la radio. Ma mère ne chantait pas, tandis que sa mère chantait. Toutefois, cette dernière n’a pu m’enseigner les chants de gorge puisqu’elle était déjà décédée à ma naissance. Je me rappelle de ma rencontre avec Lysa, nous avions entre 14 et 15 ans. Nous chantons ensemble depuis. En 2005, nous avons remporté une importante compétition de chants de gorge au Festival des neiges de Puvirnituq. Quatre ans plus tard, par l’entremise de l’Église anglicane du Canada, nous avons été invitées à Toronto pour chanter. En outre, on nous demande régulièrement de chanter à Inukjuak, lors de fêtes ou de célébrations spéciales.