La recette : faire de l’art latino-américain au Canada

© P. Almario par D. Araujo, 2019

Activité image

© P. Almario par D. Araujo, 2019

Activité Entete

La recette : faire de l’art latino-américain au Canada

Exposition
Du 1er février au 7 mars 2020

Vernissage
Le samedi 1er février 2020 à 17 h

Visites guidées en français et espagnol
Le 21 février à 16 h et le 29 février à 12 h 30

Table ronde
Le 29 février à 14 h
Avec Alena Robin, Diogo Rodrigues de Barros, Eddy Firmin et les commissaires de l’exposition

Entrée libre

La recette : faire de l’art latino-américain au Canada rassemble six artistes et deux commissaires d’exposition d’origine colombienne, guatémaltèque, brésilienne, vénézuélienne, salvadorienne et cubaine. Ces artistes et commissaires vivent, travaillent et rêvent à Chicoutimi, Montréal, Québec, Toronto, Oakville et Vancouver. Ces artistes et commissaires existent, œuvrent et (s’)imaginent aussi à travers et au-delà de plusieurs territoires, passant de l’Amérique du Nord à l’Amérique latine, allant parfois jusqu’aux confins de la planète. Réuni.e.s à OBORO, ils et elles se demandent, avec appétit et gourmandise, quelle combinaison d’« ingrédients » est nécessaire pour qu’une œuvre d’art conçue, échafaudée ou songée en territoire canadien puisse y être appréhendée comme étant « latino-américaine ». Par conséquent, cet exercice curatorial vise à examiner une multiplicité d’énoncés sur ce que l’on considère aujourd’hui comme étant de l’« art latino-américain » ou un.e « artiste latino-américain.e », au-delà des frontières traditionnelles de cet art.

À OBORO, La recette donne à voir et à entendre des œuvres remaniées/élargies/recomposées ou des versions in situ – comparées à celles de la première présentation de cette exposition à Sur Gallery (Toronto, 2018) – qui révèlent, toujours, le large éventail d’influences et de références habitant l’imaginaire de leurs créateur.trice.s, allant au-delà de celles rattachées à leurs pays ou cultures d’origine. La distance temporelle et géographique qui les sépare de leur première monstration a de surcroît accru le nombre de références/connexions/bifurcations/sources d’inspiration qui les font (re)vivre. De la sculpture à la peinture, en passant par des installations relationnelles ou vidéos interactives jusqu’au numérique, les œuvres naviguent d’un médium à l’autre, ou se faufilent entre les médiums. Elles parlent, d’une voix cristalline, de survivantes du cancer, de technologies analogiques, de détournements objectuels, de forces capitalistes et néolibérales, de tactiques transculturelles et de cartographies urbaines et identitaires.

Activite Bas de page

Paolo Almario

Artiste d’origine colombienne établi à Chicoutimi (Québec) depuis 2011, Paolo Almario a reçu une formation de la Faculté d’architecture et de design de l’Université des Andes (Bogota, Colombie). En 2014, il complète une maîtrise en arts à l’Université du Québec à Chicoutimi (UQAC). Ses œuvres ont été exposées au Canada, en Colombie, en Italie, en Belgique et en France. Outre son activité artistique, Paolo est actuellement chargé de cours au Département des arts et lettres de l’UQAC où il enseigne les arts numériques depuis 2014.

Frances Cordero de Bolaños

Frances Cordero de Bolaños est une artiste visuelle salvadorienne canadienne vivant à Oakville (Ontario). Elle est diplômée du programme conjoint de baccalauréat en art et histoire de l'art de l'Université de Toronto et du Sheridan College et termine actuellement des études en photographie numérique. Frances travaille avec divers médiums, notamment la peinture, le dessin, la sculpture, la photographie et les arts imprimés. Sa sculpture en feutre Invasion II a récemment été récompensée de l'un des trois prix remis à la 9e exposition annuelle étudiante Shelley Peterson (2015). Elle a participé à un programme d'artiste en résidence à la Pantocrator Gallery, à Suzhou en Chine (2016). Dernièrement son travail a été exposé à Toronto au ministère du Patrimoine canadien à Toronto, au bureau régional de l'Ontario (2019) et à Sur Gallery (2018).

Alexandra Gelis

Alexandra Gelis est une artiste médiatique, commissaire et chercheuse colombienne vénézuélienne vivant et travaillant à Toronto. Sa pratique combine les nouveaux médias, l'installation et la photographie avec de l’électronique interactif créé sur mesure. Ses projets consistent en des recherches de terrain servant d’outils afin d’enquêter sur les écologies de divers paysages tout en étudiant les traces laissées par diverses interventions sociopolitiques. Elle poursuit actuellement un doctorat en études environnementales et a exposé en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et en Afrique. Alexandra Gelis a reçu de prestigieux prix et récompenses, notamment du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts de l'Ontario, du Conseil des arts de Toronto, et du ministère colombien de la Culture.

Romeo Góngora

Romeo Góngora est artiste visuel, professeur à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM et candidat au doctorat en arts à Goldsmiths, Université de Londres (Royaume-Uni). Depuis 2008, il a réalisé des projets collectifs en interaction avec la sphère sociale, intégrant la politique et la pédagogie dans la pratique de la performance. Récipiendaire de nombreuses bourses, il a collaboré, entre autres, avec le Musée d’art contemporain de Montréal (Canada), HISK (Belgique), le Centre d’art contemporain de Torun (Pologne), le Makan art space (Jordanie) et la Galerie Leonard & Bina Ellen (Canada). Il a effectué des résidences au Rijksakademie van Beeldende Kunsten (Amsterdam, 2007-08), Kunstlerhaus Bethanien (Berlin, 2009) et Acme (Royaume-Uni, 2016).

Tonel

Tonel est un artiste, critique et commissaire qui partage son temps entre le Canada et Cuba. Il a travaillé à Cuba, en Amérique latine, en Europe, au Canada et aux États-Unis. Sa dernière exposition personnelle Ajústate al tema a été inaugurée en 2018 au Musée national des beaux-arts de La Havane. Ses articles et essais ont été inclus dans des anthologies, des catalogues et des périodiques à Cuba et ailleurs. Il a reçu une bourse John Simon Guggenheim en peinture et installation (1995) et une bourse Rockefeller en sciences humaines accompagnée d’une résidence à l'Université du Texas à Austin (1997). En 2019, il était le professeur invité « Edward Laroque Tinker » à l'Université de Stanford en Californie.

Giorgia Volpe

Giorgia Volpe a participé à de nombreuses expositions, interventions publiques et résidences d'artistes. Ses œuvres ont notamment été exposées à la Biennale de Lyon – Résonance (France), au Musée national des beaux-arts du Québec (Canada), à EXPRESSION (Canada), au Musée d’art contemporain de São Paulo (Brésil), à la Biennale internationale de design de Saint-Étienne (France), au Centre VU (Canada), à la Galerie d’art Foreman (Canada), à la Fonderie Darling (Canada), au Centre d'art contemporain Xiang Xishi (Chine), et au Symposium international de Baie-Saint-Paul (Canada). Plus récemment, elle a présenté son travail dans le cadre du parcours d’art Passage Insolite à Philadelphie, à la Biennale d’art textile contemporain - Contextile 2018 au Portugal, au Klosterfeld Edition à Berlin, à la Biennale internationale d’art contemporain textile - WTA 2019 à Madrid et au Techfest IIT en Inde. En 2017, elle a reçu le prix Videre en arts visuels décerné par la Manif d’art de Québec.

Analays Alvarez Hernandez

Analays Alvarez Hernandez est historienne de l’art et commissaire d’exposition indépendante. Titulaire d’un baccalauréat en histoire de l’art de l’Université de La Havane et d’un doctorat en histoire de l’art de l’Université du Québec à Montréal, elle a développé une expertise dans les champs suivants : art public commémoratif, études diasporiques, art latino-canadien et commissariat en art contemporain. Par le passé, elle a enseigné à l’Université d’Ottawa et à l’Université de Toronto. Présentement, elle est professeure adjointe au Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques de l’Université de Montréal. En tant que commissaire indépendante, elle a organisé plusieurs expositions à La Havane, à Montréal et à Toronto.

Daymi Coll Padilla

Née à Cuba et établie à Toronto, Daymi Coll Padilla est historienne de l'art, commissaire indépendante et cofondatrice du Havana Streetview Project. Elle a terminé ses études de premier cycle à l’Université de La Havane en 2006 et a récemment été diplômée du programme de technique en documentation et bibliothéconomie du Collège Seneca. Pendant plusieurs années, elle a occupé un poste de commissaire au Centre pour le développement des arts visuels (Centro de Desarrollo de las Artes Visuales – CDAV), une institution artistique expérimentale renommée de La Havane. Elle a organisé de nombreuses expositions solos et collectives, donné des conférences sur l'art cubain contemporain et écrit dans plusieurs revues d’art, catalogues et livres. En tant que spécialiste elle a fait partie de l'équipe d’organisation et de commissariat du 5e Salon d’art cubain contemporain et de la 10e Biennale de La Havane.