Le quart de la moitié du vide

© M. Lalic, 2019

Activité image

© M. Lalic, 2019

Activité Entete

Le quart de la moitié du vide

Exposition
du 14 septembre au 19 octobre 2019

Vernissage
samedi 14 septembre 2019, à 17 h

 

La colonne vertébrale de ce projet est constituée de tables usagées trouvées dans la rue. En affirmant l’idée d’un collectif hétéroclite mais tissé serré, elles imposent un point de vue en opposition avec un dispositif installatif fait de sections d’actions individuelles en attente d’être assemblées. Marqué par nos usages de vie basés sur l’obsolescence programmée, mon champ d’action passe par un déploiement d’énergie qui tourne à vide. En caricaturant les fondements de la sculpture qui opèrent par ajout et/ou soustraction de matière, mes actions se contredisent : ajouter pour diviser, trancher pour compléter, incruster pour évider, retirer pour emmurer. Le quart de la moitié du vide est un chantier exploratoire tragicomique qui renvoie à notre société capitaliste qui préfabrique et standardise nos désirs et nos besoins. Le sculptural et l’action s’ancrent dans une logique combinatoire : des sections ergonomiques se construisent par effets de ricochet. Comme si dans Les temps modernes, Charlie Chaplin pris dans le rythme d’une chaîne de montage pensée pour son corps, construisait volontairement des accidents de parcours.

* Manuela Lalic poursuivra son exploration avec des séquences d’actions ponctuelles durant l’exposition.

Manuela Lalic remercie le Conseil des arts du Canada de son soutien.

Presse: Jérôme Delgado, Le Devoir, 2019

Activite Bas de page

Manuela Lalic

D’origine franco-serbe, Manuela Lalic vit et travaille à Montréal depuis 1997. Son travail a été présenté au Canada, aux États-Unis, en Europe, en Asie et en Afrique. Ses partis pris artistiques l’ont menée à faire plusieurs résidences à l’international notamment à New York (résidence du Conseil des Arts du Canada-International Studio and Curatorial Program, 2009), au Rajasthan, en Inde (Sandarbh Artist Residency, 2013/2014) et à Yaoundé, Cameroun (courte résidence dans le cadre de la Biennale Ravy, 2016). Elle a obtenu la bourse Pratt et Whitney 2009 du Conseil des arts de Montréal et elle a été finaliste du Prix Powerhouse en 2012 et 2014. Depuis 2015, Manuela Lalic est chargée de cours à l’École des arts visuels et médiatiques de l’UQAM.