Les yeux et les mains de Cézanne

© G. Lewis, 2007

Activité image

© G. Lewis, 2007

Activité Entete

Les yeux et les mains de Cézanne

Exposition
du 10 janvier au 7 février 2009

Vernissage
le samedi 10 janvier 2009, à 17 h

Visite commentée en présence de l'artiste
lors de la Fête de l'art
le samedi 17 janvier 2009, à 14 h

Résidence
du 17 novembre au 15 décembre 2008

Se voulant un hommage à Paul Cézanne dont on commémorait le centième anniversaire de décès en 2006, Les yeux et les mains de Cézanne rassemblent des travaux qui posent un regard sur l’art moderne et sur l’importance du paysage pour les êtres humains, tout en explorant le passage du réel à la fiction.

L’exposition est composée de sept pièces (vidéo, installations et photographies) qui parcourent avec humour et perspicacité l’univers de Cézanne, récupérant et actualisant des thèmes, des motifs, des histoires et des problématiques, qui se rattachent tant à la démarche et à la pratique artistique du peintre qu’à son environnement social et géographique. Ainsi, par exemple, une vidéo fixe de Glenn Lewis peignant la montagne Sainte-Victoire rappelle l’attention soutenue de Cézanne alors qu’au fil de ses gestes pour capter les formes du paysage se révélaient les fins mécanismes de la perception. Une série de photographies rappellent aussi le fameux tableau des Joueurs de carte en montrant des habitants de la région attablés dans un bar local d’Aix-en-Provence. À cette vidéo et à ces photographies s’ajoutent une installation mettant en scène le manteau du peintre avec un crâne et un chapeau, un travail documentaire évocateur des longues balades joyeuses de ce dernier sur la rivière Arc, un assemblage inspiré des enquêtes d’Auguste Dupin de Poe et une installation video multi autour des fontaines d’Aix ayant pour point de départ une rencontre anecdotique entre Cézanne et Manet.

Activite Bas de page

Glenn Lewis

Glenn Lewis est diplômé de la Vancouver School of Art (1958), a été apprenti au Leach Pottery à St-Ives, en Cornouailles (R.-U.), de 1961 à 1963, membre du collectif artistique Intermedia de Vancouver (1966-1973), et directeur de Western Front (1978-1986). Les œuvres qu’il a produites au cours des quarante dernières années découlent d’une série d’expérimentations avec la peinture, la céramique, la sculpture, la performance, la photographie, la vidéo et l’installation. Tout au long de sa pratique, il a travaillé l’idée du concept, l’ordinaire, la collaboration, la mythologie et la nature, l’utilisation de textes (les siens et des œuvres littéraires) et l’appropriation. Cette pratique s’est manifestée dans plusieurs expositions, performances et projets de recherche qui l’ont mené dans de nombreux pays (Japon, Inde, Iran, Italie, Turquie) et villes (entre autres, Stuttgart, Vancouver, Toronto, Montréal, Paris, Anvers, Calgary, Los Angeles, Oakland, Berlin, Budapest, Amsterdam, New York). Il a également répondu à des commandes publiques, dont celle de la National Science Library à Ottawa pour laquelle il a conçu Great Wall of 1984. En 1968, Lewis présentait l’une des premières performances au Canada, Flour Piece, et, au début de 1969, la vidéo-performance Japanese Pickled Cabbage.