Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste

Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste © S. Roy, 2007

Activité image

Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste © S. Roy, 2007

Activité Entete

Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste

exposition
du 23 février au 29 mars 2008

vernissage
le samedi 23 février 2008 à 17 h

articles
ICI
volume 11 – numéro 22
6 au 12 mars 2008
http://www.icimontreal.com/
Télécharger l'article

Solo de musique concrète pour 6 pianos sans pianiste se veut une relecture du concept de ruined piano prenant la forme d’une installation audio réunissant des pianos usés. Il s’agit d’un système générateur et diffuseur audio à sources multiples, composé de six pianos résonateurs – cinq pianos « satellites » et un piano « basse » – se rapportant au surround sound. Le spectateur est invité à revoir et à réentendre l’objet « familier » qu’est le piano sans le concours d’intermédiaires « classiques » tels qu’un interprète ou des partitions. Les six pianos d’époques différentes répondent aux impulsions de moteurs désaxés qui sont disposés à l’intérieur de leurs structures. Ces moteurs traduisent l’analyse acoustique d’un plunderphonic composé, entre autres, de solos de piano de Sun Ra, de Duke Ellington et de György Ligeti. Les pianos sont ainsi transformés en surfaces vibrantes. [E.D.]

Activite Bas de page

Érick d’Orion

Érick d’Orion (né en 1975) est un commissaire, artiste en audio et en nouveaux médias ainsi qu’un compositeur/musicien autodidacte résidant à Montréal depuis 2015, auparavant basé à Québec depuis 1993. Concentrant la plus grande partie de ses recherches audio sur le maximalisme numérique, d’Orion effectue un travail qui se rapproche étroitement du noise, de la musique concrète, du free jazz et de l’électroacoustique. Parallèlement ou conjointement, il développe des projets d’installation où l’audio et les nouvelles technologies sont réunis pour créer des oeuvres autant performatives que « statiques ». Présentement, ses réflexions portent principalement sur la réinterprétation, l’appropriation et la relecture de certains concepts de l’histoire de l’art, en particulier la musique concrète, le dadaïsme et le futurisme, le tout sans être passéiste. Il fait partie, entre autres, du duo morceaux_de_machines, des trios BOLD et Napalm Jazz et du collectif montréalais Perte de Signal et travaille étroitement avec La Chambre Blanche, le RCAAQ, les productions Rhizomes, CHYZ, Folie Culture, RAIQ, Dare-Dare, etc. où il siège au comité d’administration. Son travail a été présenté à travers l'Amérique du Nord, en Europe, en Australie et à Cuba.