Somewhere Else

© E. Rojas, 2010

Activité image

© E. Rojas, 2010

Activité Entete

Somewhere Else

Exposition
12 septembre au 17 octobre 2015

Vernissage
samedi 12 septembre, à 17 h

Visite commentée (en anglais)
samedi 17 octobre, à 14 h
 

dans le cadre du festival VIVA! Art Action

En réponse à l’invitation carte blanche d’OBORO, Rebecca Belmore recours à la documentation de performances passées comme point de départ pour créer de nouvelles œuvres sculpturales dans lesquelles elle explore des notions de présence et d’absence. Entre l’expérience en direct et la documentation existante, cette exposition se veut une recherche de la persistance de l’image versus l’action. « Je n’ai jamais vraiment prêté attention à la documentation de mes performances, j’étais trop préoccupée et concentrée sur ma présence et sur l’œuvre à faire. La documentation dont je dispose existe à cause des autres, habituellement mes hôtes. Certains de ces documents sont bons, d’autres moins. C’est ce qui existe, et je m’en suis beaucoup servi, surtout dans le contexte de présentation de mon travail. La documentation de ces œuvres, saisies en général depuis un seul point de vue, par un seul objectif, est devenue plus forte, étrangement, que mes propres souvenirs de l’expérience vécue, surtout dans le cas des œuvres plus anciennes. La pratique consistant à projeter ces images, à en parler et à en reparler me place à nouveau, moi l’artiste, dans la position de performeuse, en quelque sorte présente et distante tout à la fois. »

C’est un honneur pour OBORO d’accueillir Rebecca Belmore 20 ans après la performance et les œuvres qu’elle présentait dans le cadre de l’exposition et de l’ouvrage intitulés Princesses indiennes et Cow-girls : stéréotypes de la frontière, sous la direction des commissaires Marilyn Burgess et Gail Guthrie Valaskakis, en 1995.

Activite Bas de page

Rebecca Belmore

Rebecca Belmore (Anichinabée) est membre de la Première Nation Lac Seul de Frenchman’s Head en Ontario. Née à Upsala (Ontario), au Canada, en 1960, elle vit actuellement à Montréal, au Québec. D’une élégance désarmante, les œuvres de Belmore représentent et sollicitent la résistance des peuples autochtones. Ses performances, sculptures, vidéos, photographies et installations évoquent les liens entre corps, territoire et langue, et la violence que leur a imposée le colonialisme. Qu’il s’agisse d’une manifestation silencieuse pour femmes disparues dans le quartier Downtown Eastside de Vancouver, en Colombie-Britannique, ou de la photographie d’une cicatrice profonde, guérie et ornée de perles, son travail est empreint d’un rituel qui se déploie sur le corps, sur le territoire et dans les éléments. Ce travail est fermement enraciné dans les réalités sociopolitiques actuelles des communautés autochtones, mais sa force et sa poésie ont une portée universelle. Belmore a représenté le Canada à la Biennale de Venise en 2005. Elle a obtenu le Prix du Gouverneur général en arts visuels et médiatiques en 2013, et ses travaux ont fait l’objet d’expositions individuelles et collectives à l’échelle nationale et internationale.