Toucher l’ambiguïté

© Thijs de Lange

Activité image

© Thijs de Lange

Activité Entete

Toucher l’ambiguïté

Exposition
3 mai au 7 juin 2014

Vernissage
le samedi 3 mai à 17 h

Visite commentée
le samedi 3 mai à 17 h

Une présentation conjointe d'OBORO et de la Biennale internationale d'art numérique (BIAN).

    

Ergenzinger HD VF from OBORO on Vimeo.

Intéressée par le rapport de l’humain à l’insondabilité de la nature, Kerstin Ergenzinger propose deux installations qui confrontent l’environnement tangible et la fugacité de la présence des corps. Réagissant aux micro-courants d’air générés par les visiteurs et à ses propres mouvements, Whiskers in Space est composée de fines structures sensibles qui s’activent selon un système vraisemblablement aléatoire. Lui faisant écho, Rotes Rauschen (Bruit rouge) puise à même les sols, traduisant les basses fréquences omniprésentes au cœur de la terre dans les secousses irrégulières d’un pendule surplombant le visiteur, dont la seule présence suffit à modifier la lecture du sismographe qui alimente la sculpture. Sans tomber dans le discours dystopique, Ergenzinger évoque avec poésie l’angoisse commune des machines et des humains à l’idée de notre perte de contrôle sur leurs comportements.

- Claudine Hubert

Activite Bas de page

Les oeuvres Whiskers in Space et Rotes Rauschen ont été développées en collaboration avec Thom LaeppleParallèlement à son exposition à OBORO, Kerstin Ergenzinger présente les nouvelles oeuvres vidéographiques originales Visages insondables dans les vitrines du Goethe Institut, diffusées tous les jours du coucher du soleil à minuit, à compter du 9 mai. Cliquez ici pour plus de détails.

L'artiste souhaite remercier la compagnie igus pour son soutien continu.

Kerstin Ergenzinger

Kerstin Ergenzinger a étudié les beaux-arts à l'Université des Arts de Berlin et au Chelsea College of Art and Design de Londres, ainsi qu'en arts médiatiques à l'Académie des arts et médias de Cologne. Sa pratique artistique évolue autour d'une recherche toujours en cours, portant sur les conditions humaines sensorielles en relation à son environnement physique et conceptuel. Son travail est régulièrement présenté en solo et en groupe à l'échelle internationale. En 2013, elle a reçu le prestigieux prix VIDA 15.0 à Madrid dans la catégorie Recherche internationale sur l'art et la vie artificielle, et a récemment reçu une subvention de recherche de Cambridge, Boston. Son installation Rotes Rauschen a également été sélectionnée pour le Prix du Ministère saxon en enseignement supérieur.