Whip it Good

Jeannette Ehlers, Whip It Good, 2013, performance commissionnée par Art Labour Archives & Ballhaus Naunynstraße, Berlin

Activité image

Jeannette Ehlers, Whip It Good, 2013, performance commissionnée par Art Labour Archives & Ballhaus Naunynstraße, Berlin

Activité Entete

Whip it Good

En partenariat avec Af-Flux – Biennale transnationale noire

Vidéo de la performance Whip it Good, 

du 6 au 23 octobre 2021

au studio 04 d' OBORO

Le travail de Jeannette Ehlers aborde généralement les thèmes et les questions autour de la mémoire, de la race et du colonialisme. Pour la performance Whip it Good, l’artiste recrée une des méthodes de punition les plus violentes utilisées en temps d’esclavage. En utilisant cette méthode sur une toile blanche, elle conçoit, de manière personnelle et simple, mais contradictoire, un acte artistique de contre-attaque. La performance fut présentée pour la première fois en 2013 pour E.BOP13 à Ballhaus Naunynstrasse, Berlin et plus tard reproduite en une vidéo pour Vestindisk Pakhus ("The West Indian Warehouse") à Copenhague, où le rhum, le sucre et le café des Antilles étaient autrefois transportés.  

À Montréal, le vidéo de sa performance est présentée dans le cadre de Monde Bossale, la première édition de la Biennale Transnationale Noire d’Af-flux, commissariée par Eddy Firmin. 

Activite Bas de page

Jeannette Ehlers

Basée à Copenhague, au Danemark Jeannette Ehlers a été diplômée de l'Académie royale des beaux-arts du Danemark en 2006. Elle crée, depuis plusieurs années, des univers cinématographiques qui plongent dans l'ethnicité et l'identité inspirées de ses racines danoises et antillaises. Elle remet en question et explore la capacité du médium cinématographique à communiquer en un langage visuellement fascinant et engageant.

Eddy Firmin

Originaire de la Guadeloupe, Eddy Firmin est diplômé de l’École supérieure d’art et design Le Havre-Rouen, de l’Institut régional d’art visuel de la Martinique et d’un doctorat en études et pratique des arts de l’Université du Québec à Montréal. Il mène depuis 2006 le projet Terra Incognita, un cycle international de résidences d’artiste (Japon, Espagne, Zimbabwe, France, Canada). Sa pratique et sa recherche interrogent le récit d'art au fondement de sa culture caribéenne, soit une structure esthétique qui coud l'Afrique à l'Occident.