Émilie Monnet Pohanna Pyne Feinberg Gibideweshinimin* we are heard walking there – on nous entend marcher là

Date(s) : lundi 10 nov au jeudi 30 avr 2015

Atelier

Gibideweshinimin* we are heard walking there – on nous entend marcher là

J. Chateauvert, 2014

avec Émilie Monnet et Pohanna Pyne Feinberg

Médiation culturelle
du 10 novembre 2014 au 30 avril 2015
avec l’École Louis-Joseph Papineau
en collaboration avec Myllène Caetano Alves et des élèves de quatrième secondaire en concentration arts médiatiques

Ce projet propose une démarche de recherche et de réflexion prenant pour assise un événement historique important : La Grande Paix, qui s’est déroulé à Montréal en 1701 et s’est conclu par la signature d’un traité de paix. Ce point d’ancrage permettra de mener auprès des élèves une réflexion sur l’histoire, et sur ce qui constitue une coexistence pacifique entre les peuples qui partagent un territoire. Celle-ci se construira par le biais d’activités d’écoutes, d’enregistrements sonores, de retransmission et/ou de performances qui inviteront les élèves à prendre conscience de la mémoire collective et de son inscription dans le territoire tout en découvrant des principes de base de l’art sonore.

(+) Lire plus
Gibideweshinimin* we are heard walking there – on nous entend marcher là

J. Chateauvert, 2014

Au croisement du théâtre, de la performance et des arts médiatiques, la pratique artistique d’Émilie Monnet s’articule autour des questions d’identité, de mémoire, d’histoire et de transformation. En 2016, elle fonde Scène contemporaine autochtone, une manifestation artistique et critique qui fait place à la création autochtone en arts vivants, et dont la plus récente édition s’est déroulée du 1er au 9 juin 2017, à Montréal. De mère anishnaabe et de père français, Émilie vit à Montréal.

http://www.onishka.org/

Pohanna Pyne Feinberg est artiste et éducatrice. Tout récemment, elle était en résidence à Dare Dare dans le cadre du volet 2_Espace critique, où son projet de recherche En marchant se penchait sur la marche comme processus créatif et pratique artistique. Sa pratique audio-visuelle est stimulée par la présence de l’extraordinaire dans l’ordinaire et se veut la transcription de l’impermanence, de la résonance et de la compassion.

(+) Partenaire(s)