Dinaïg Stall A Taste for Clay (Un goût pour l’argile)

Date(s) : 30 mai au 20 jun 2023

Résidence

A Taste for Clay (Un goût pour l’argile)

Dinaïg Stall, A Taste For Clay, 2022

Mené dans le cadre d’une recherche-création doctorale sur le potentiel spécifique des arts de la marionnette pour élaborer des représentations dans une perspective féministe queer, A Taste for Clay (Un goût pour l’argile) est un projet d’installation ponctuée de performances, qui interroge les notions d’impermanence et d’érosion – des matériaux, des corps, des relations et de la mémoire individuelle et collective. Librement inspirée de la nouvelle d’Emma Donoghue, What Remains, et de la vie et l’œuvre des sculptrices Florence Wyle et Frances Loring, cette création est consacrée à l’exploration de la singulière présence-absence de la marionnette et de ses résonances féministes queers avec la spectralisation sociale et mémorielle, entre occultation et persistance, de celleux qui dérangent les conceptions temporelles et attentes reproductives hétéronormatives. L’artiste Dinaïg Stall travaille avec l’argile crue et le plâtre, matériaux choisis pour leur potentiel de transformation et leur place fondamentale dans les procédés de sculpture traditionnels. Stall cherche à expérimenter le temps long de l’installation et à créer une forme hybride, à la croisée entre arts visuels et théâtre, qui échappe à une lecture univoque en tant qu’objet d’art ou en tant que performance, parce qu’elle est les deux tout à la fois. Sans cesse entre vie et mort, objet et personnage, sculpture et marionnette, figuration et évocation, les différentes incarnations vacillantes et fugaces qui peuplent A Taste for Clay nous ramènent à l’espace de l’atelier, au processus créateur et à l’incertitude du faire, bien plus qu’à l’autoritaire grandeur des monuments officiels; à ce qui vit dans l’interstice de la pierre, dans le temps de l’érosion.

A Taste for Clay (Un goût pour l’argile)

Dinaïg Stall, A Taste For Clay, 2022

Dinaïg Stall est metteure en scène et marionnettiste, et enseigne les arts de la marionnette à l’École supérieure de théâtre (UQAM) où elle dirige le DESS en théâtre de marionnettes contemporain. À l’issue de ses études à l’École supérieure nationale des arts de la marionnette, elle a fondé la compagnie Le bruit du frigo (France), dont elle a été directrice artistique pendant 11 ans, tout en continuant à travailler avec d’autres artistes. Depuis son arrivée au Québec en 2014, elle a collaboré avec plusieurs créatrices et mené des projets de recherche création avec la musicologue Catrina Flint (College Vanier) et le professeur Mark Sussman (Concordia University). Elle est membre du groupe de recherche PRint – Pratiques interartistiques et scènes contemporaine, et de différents groupes et institutions féministes. Sa recherche-création a pour objet d’explorer les spécificités esthétiques et dramaturgiques de la marionnette contemporaine comme langage singulier, tout en œuvrant à sa rencontre avec les autres formes artistiques.